Voyages Transversales

Pour faire une recherche sur ce site
veuillez taper un mot clé dans le moteur ci-contre
Recherche personnalisée
ESPAGNE - Canaries, Baléares
GIBRALTAR  PORTUGAL
Que ce soit à Barcelone et le long de la très prisée Costa Brava, à Malaga sur la Costa Del Sol dont la réputation n'est plus à faire, dans la capitale, Madrid, ou sur les bords du Guadalquivir à Séville, l'Espagne demeure unique. En traversant les Pyrénées, la Galice offre les premières couleurs rythmée par les caprices de l'Atlantique. Déjà les premières sensations d'un pays de caractère se répandent : son incroyable diversité de paysages, son terroir, ses villes riches, son patrimoine, sa vie nocturne. Bien qu'indissociables de son identité profonde, ses clichés, soleil, tapas corrida et flamenco ne suffisent pas à définir les richesses qu'elles renferment. Si les côtes ont été investies par bon nombre de voyagistes, rendant le littoral parfois bien encombré tant par sa surpopulation que par les constructions à outrance, l'arrière pays bascule les voyageurs dans la véritable Espagne. Ses villes introduisent ses trésors passés : des chefs d'œuvres d'architecture à Salamanque, à Cordoue, à Barcelone ou à Séville. Ses campagnes désertées composent les couleurs changeantes d'une région à l'autre : des montagnes de Castille aux champs d'oliviers à perte de vue dans les régions du centre, jusqu'en l'Andalousie, dans ses plaines arides et le long de ses côtes restées sauvages, annonçant déjà le continent africain. Une vie culturelle dense à Madrid et Barcelone contraste avec des villes de province calme et séduisante. Où que ce soit, les espagnols vivent dans la rue, armés de leurs voix tonitruantes et leur rires communicatifs. Découvrir l'Espagne c'est s'y attarder : sur la route de Saint Jacques de Compostelle, dans les villages blancs de la Sierra de Grazalema, le long des oliviers dans la Sierra de Cazorla, sur les rivages autour de Tarifa. Le rythme espagnol se transmet immédiatement et compose le dépaysement. L'Espagne dispose d'un large choix de vacances : se prélasser sur la Costa Del Sol, découvrir le patrimoine culturel des villes de Salamanque à Grenade, randonner dans les parcs naturels de Segura ou Doñana ou s'attarder dans les villages reculés d'Andalousie.

La cathédrale de Séville

Troisième édifice de la Chrétienté après Saint-Pierre de Rome et Saint-Paul à Londres, la cathédrale de Séville est un édifice gothique du XVème siècle dominé par une tour maure qui remonte à 1198, la Giralda (la Girouette) : le monument incontournable de Séville. Le sommet du minaret de cette ancienne mosquée est en effet couronné d'une girouette, immense figure de bronze représentant la Foi victorieuse et donne son nom à la tour. Cet ancien minaret de la grande mosquée (et jumelle de la Koutoubia de Marrakech) reconvertit en clocher culmine à 98 mètres. Elle fut ainsi pendant longtemps la plus haute tour du monde ! Le sommet offre une vue panoramique admirable sur la ville et notamment les arènes de la Maestranza de la plaza de toros. Une rampe suffisamment large pour laisser passer un cheval monte progressivement les 34 étages jusqu'au sommet et donne un peu le tournis ! On dit que le muezzin montait ainsi pour faire l'appel à la prière ! Au pied de la Giralda, faites une pause dans le Patio de los Naranjos : la cour des orangers. La cathédrale, éblouissante avec sa salle au trésor, abrite également le mausolée de Christophe Colomb (on ne sait pas s'il est enterré ici ou à Santo Domingo la capitale de la République dominicaine), un double orgue en bois d'acajou et de magnifiques vitraux et rosas. Ne ratez pas la Capilla Mayor pour sa grille plateresque et le somptueux retable du XVème siècle, chef-d'œuvre de la cathédrale. Ce maître-autel incarne les richesses d'Amérique latine avec ses 2,5 tonnes de métal précieux provenant du Mexique et du Pérou. Avec ses 23 mètres de hauteur et 18 mètres de largeur, c'est le plus grand de toute la Chrétienté. Fait de bois de cèdre et d'oranger, il raconte la Passion du Christ.

 
Informations touristiques et pratiques
 
Billets d'avion

Il existe une multitude de liaisons entre les principales villes françaises et espagnoles, assurées aussi bien par les compagnies régulières que par de nombreuses compagnies low costs
 
Se loger

 
Trouver un circuit ou un séjour
 
Transports locaux

 
Presse
 
Reportages, sites personnels et carnets de voyage

Ajoutez votre site dans cette rubrique

L'ALHAMBRA DE GRENADE

Plus connue sous le nom d'Alhambra, la cité palatiale de Grenade est un chef d'œuvre du génie civil, militaire et artistique islamique. Ses murailles abritent des palais et des jardins qui ont inspiré les poètes et continuent d'émerveiller le visiteur aujourd'hui. Fondée au Xème siècle av J.C par les Phéniciens, prise par les Romains sept siècles plus tard puis par les Musulmans au VIIIème siècle, Grenade fut l'un des bastions maures. En 1492, la ville devient définitivement espagnole et chrétienne.

L'Alhambra est ainsi baptisée en raison de ses murs rouges. Sa position stratégique, perchée sur éperon rocheux, permet d'admirer la chaîne montagneuse de la Sierra Nevada et les vieux quartiers de la ville : l'Albaycyn et le Sacramonte. Si les habitations de l'époque ont rarement été conservées, l'héritage de la présence musulmane est encore bien palpable. On peut y admirer la madrasa Youssouf Ier, d'anciennes mosquées transformées en églises, des hammams, des patios ombragés et leur petit jardin, des ornementations de décoration en céramiques (azulejos) et quelques vestiges de palais et des portes de la ville.

La partie la plus ancienne de l'Alhambra est l'Alcazaba. Cette forteresse qui remonte au XIème siècle de l'ère chrétienne fut fondée par la dynastie des rois Zirides. De forme triangulaire, elle domine Grenade sur deux de ses côtés et bénéficie d'une protection naturelle. A l'intérieur de ses remparts, seuls subsistent ce qui fût les habitations de la garnison militaire. L'Alcazaba possédait également des cachots souterrains, les mazmorras, qui avaient autrefois une bien triste réputation.

L'Alhambra est mondialement connue pour ses palais et ses jardins. Même après la conquête chrétienne, les nouveaux maîtres des lieux ne purent se résoudre à détruire ces palais tant ils furent subjugués par la beauté des lieux. Parmi tous les palais de l'Alhambra, le palais du Partal est sûrement le plus ancien. Aujourd'hui il ne reste que le corps de ce bâtiment très élégant, la partie antérieure d'une demeure et la " tour des dames ". Juste avant la tour des " Comares ", se trouve la cour des myrtes ou cour de l'Alberca. Cette cour tient son nom de son large bassin qui reflète l'architecture des bâtiments qui l'entourent ainsi que des deux haies de myrte qui bordent actuellement le bassin. Autrefois, le bassin irriguait des parterres de fleurs. Etudié pour donner l'impression d'une surface d'eau aussi lisse qu'un miroir, le système d'alimentation en eau fut surnommé " la mer " par les poètes arabes. Entre la sobriété, l'enchaînement de formes simples et complexes, les jeux de lumière et la qualité des décorations, la cour de l'Alberba illustre à merveille le savoir-faire architectural des artisans musulmans.

Enfin, comment parler de l'Alhambra sans évoquer la célébrissime cour des lions ? La cour des lions constitue le joyau et représente l'apogée de l'art architectural musulman en Espagne. Elle tient son nom de sa fontaine centrale, une large vasque décorée de poèmes et portée par douze lions stylisés. De leur gueule s'écoule l'eau vers les quatre rivières du paradis et les quatre points cardinaux. Quant aux jardins, même s'ils ont été modifiés à l'époque des souverains chrétiens, ils sont toujours emprunts de cette poésie de la nature que le Coran désigne comme le symbole de la paix suprême.

L'Alhambra est le monument le plus visité de l'Espagne, avec près de 3,3 millions de touristes chaque année. Il est vivement conseillé de réserver son billet à l'avance sur Internet.

 
Divers