Voyages Transversales

Pour faire une recherche sur ce site veuillez taper un mot clé dans le moteur ci-contre
Recherche personnalisée

LA CULTURE HUANCA ou WANKA

L'archéologue Ramiro MATOS MENDIETA, affirme que la culture Huanca, considérée comme l'une des plus puissantes du monde andin, apparut sur la base d'ayllus suite à la décadence de l'apogée expansionniste de Tiahuanaco. Par la suite ils s'unirent politiquement, se convertissant en une nation forte et puissante dont l'influence se fit sentir dans toute la région du Rio Mantaro. Les Huancas apparurent vers l'an 1200 et disparurent comme culture en 1460.

Le peuple Huanca se caractérisa par son caractère hautain et belliqueux. Les Huancas occupaient les provinces actuelles de Jauja, Concepcion et Huancayo. D'après l'historien Waldemar Espinoza Soriano le royaume Huanca était divisé en quatre provinces ou "huamanias": Hatun Xauxa, Lurin Huanca, Hanan Huanca et Chunco (ou Chungos), chacune d'entre elles était gouvernée par un caudillo puissant qui avait des pouvoirs absolus dans les conflits entre les particuliers.
Les caudillos avaient autorité sur les individus, les propriétés et les objets domestiques qui appartenaient à l'Ayllu. Ils attribuaient les terres aux nouveaux nés et récupéraient celles des défunts pour les redistribuer au peuple. Ils surveillaient les travaux et les cultes. La charge était héréditaire et ils pratiquaient la monogamie.
L'ensemble du royaume était gouverné par un seul Hatun Curaca, avec un gouvernement héréditaire et des pouvoirs absolus. La capitale de la culture Huanca fut le grand ensemble nommé SIQUILLAPUCARA, connue actuellement comme TUNANMARCA, près de la ville de Jauja; ce fut une ville fortifiée de 2 km de longueur par 0,5 km de largeur. Ses maisons de pierre et torchis étaient de forme circulaire, d'un seul étage, avec un toit de chaume, bien qu'il en existe quelques unes avec des toits voutés en dalles de pierre. Chaque maison était une résidence pour une famille nucléaire.
Cultura HuancaEn ce qui concerne la religion, ils situaient leur origine à la source Wari Willca, un lieu à 6 km au sud de Huancayo. Comme créateur suprême ils avaient Apu Kon Wiracocha, à qui ils offraient des sacrifices de bétail, de cochons d'Inde et à qui ils présentaient des offrandes d'or et d'argent. Wiracocha fut in dieu universel du monde pan-andin, mais les Huancas eurent un dieu propre nommé Wallalo Carhuancho auquel ils offraient aussi sacrifices et offrandes; ce dieu était personnifié par le sommet du Huaytapallana. D'autre dieux mineurs furent représentés par les principaux sommets de chaque village, ainsi que les sources. 
La base fondamentale de l'économie des Huancas fut l'agriculture et l'élevage, ils pratiquèrent aussi le commerce à base de trocs de produits avec les peuples voisins comme le maïs, la viande séchée, la laine et la coca. Ces produits étaient proposés aux voyageurs, ce qui fut à l'origine des foires villageoises.
Quant aux aspects culturels ils furent très pauvres dans toutes les diverses expressions. La céramique fut grossière et monochrome, à caractère utilitaire plus qu'artistique.
Ils eurent des instruments de musique en argile, le plus caractéristique fut un espèce de cornet fabriqué à partir du crâne de chien, animal qu'il élevait pour leurs rites. La musique émise par cet instrument était mélodieuse, et jouée pour encourager les guerriers lors des guerres de conquêtes.
L'architecture était simple mais stratégique, avec des forteresses en haut des montagnes entourées de défenses naturelles telles que les précipices.
Les danses étaient en relation avec l'économie et probablement la Huaylash fut la plus importante.
Ses mythes et légendes sont le reflet des activités agricoles et d'élevage. L'éducation se faisait par le travail.
Waldemar Espinoza Soriano pensent que les Huancas parlaient le dialecte Runa Shimi qui subsiste encore. D'après Andrès de Vega dans la région on parlait trois dialectes, ce qui coïncide avec les études du linguiste Rodolfo Cerron Palomino qui fait l'hypothèse qu'existaient le Shausha Huanca, le Huaicha Huanca et le Huailla Huanca. Waldemar Espinoza croit que les hommes portaient un manteau avec une chemisette, sur la tête ils avaient un bandeau. Les Hatun Xauxas portaient un bandeau de couleur rouge, les Lurins Huancas et les Hanan Huancas de couleur noire. Les femmes portaient une large jupe et un manteau, tout comme les hommes elles utilisaient un bandeau autour de la tête. Aussi bien les hommes que les femmes portaient des chaussures appelées Ushutas, des sandales an cuir de lama.

LES INCAS DANS LA VALLEE DE MANTARO

Capac YupanquiRamiro Matos Mendieta affirme que la conquête de la nation Huanca par les Incas eut lieu vers 1460 et fut réalisé par Capac Yupanqui, frère de Pachacutec, et par son nevau Tupac Yupanqui. A ce propos l'archéologue soutient: "l'incorporation al empire conjointement avec les ayllus de Tayacaxas, Angaraes, Huachos et Pumpus, se réalisa une fois prise la forteresse de Parcos construite et contrôlé par Huancayo; l'avance quechua fut vraiment facile".  
Les Incas imposèrent le Quechua ou Runa Simi de Cuzco, et le culte du Dieu Soleil comme dieu suprême, bien que les Huancas conservaient leur dieu national Huallallo Carhuanco. Nombre de coutumes incas s'imposèrent par la force. Les Incas obligèrent les Hatun Curacas huancas à ne pas tuer de leurs propres mains, ni de celles d'autrui, aucun homme; d'autre part ils implantèrent de manière obligatoire les "mitas" (travail collectif). Ils enseignèrent le polissage de la pierre et la planification horizontale urbaine. Ils organisèrent le travail féminin par le biais des Acillahuasis.
Les Incas divisèrent l'état Huanca en trois parties: Hatun Xauxa, Lurin Huanca et Hanan Huanca. La nation Huanca devint une province ou Huamani, dépendante de Cuzco.
Les Mitimaes ou Miemac, étaient des habitants sous le joug des Incas et utilisés pour accomplir différents objectifs:militaires, économiques, politiques, sanitaires, etc. Ils constituaient un organe de contrôle des Incas dans les royaumes conquis. Les Yauyos à Hatun Xauxa sont un exemple de ces mitimaes. Les Incas, dans la vallée du Mantaro, construisirent un réseau de chemins, pas seulement le chemin de l'Inca ou voie royale. Selon l'historien Waldemar Espinoza Soriano le chemin de l'Inca qui reliait Cuzco à Cajamarca au niveau de Acostamboa se divisait en deux branches: une qui passait par Sapallanga et continuait jusqu'à Huancayo, où il arrive dans la Rue Royale et continue jusqu'au tambo de Maravilca, puis à Hatun Xauxa avant de passer par la plaine de Yanamarca jusqu'à Tarmatambo. L'autre branche passait par les hauteurs. Les Incas construisirent le Chemin Royal pour connecter les centres de population les plus importants et les unir à Cuzco, Cajamarca et Quito en Equateur. Au long de ces chemins on construisit des tambos qui étaient des auberges et surtout des centres d'approvisionnement alimentaire.

 
INFORMATIONS PRATIQUES SUR LE PEROU  VOYAGES AU PEROU  VISITER MACHU PICCHU  LA CIVILISATION INCA  DISCOURS DU CHEF INDIEN SEATTLE